• Antisocial

    Antisocial est une chanson du groupe de hard rock français Trust. Elle est parue sur le deuxième album de Trust, Répression, en 1980. Il s'agit du titre le plus connu du groupe, qui est représentatif du ton engagé et révolté du groupe à cette époque, alors que la France était encore sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing.

    Philippe Manœuvre a souligné une anecdote concernant le chœur final : au moment où ils allaient l'enregistrer, il était neuf heures du soir et tous les employés étaient partis, seuls étaient présents les présidents de Sony, qui acceptèrent d'être mis à contribution pour répéter le titre à tue-tête.

    Autres versions

    Elle a été traduite en anglais et reprise par le groupe Anthrax dans l'album State of Euphoria. Cette version en anglais a elle-même été reprise par le groupe finlandais Children of Bodom dans son album Skeletons in the Closet. Antisocial a aussi été reprise par Tagada Jones dans l'album 6.6.6

    Elle a aussi été traduite en espagnol et reprise par le groupe Los Suaves.

    Une version remix avec le groupe NTM a été faite par Loo & Placido.

    Paroles :

    Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
    Tu masques ton visage en lisant ton journal,
    Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
    Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas.

    Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
    Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balle.
    Tu voudrais donner des yeux a la justice
    Impossible de violer cette femme pleine de vices.

    Antisocial, tu pers ton sang froid.
    Repense a toutes ces annees de service.
    Antisocial, bientot les annees de sevices,
    Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus.

    Ecraser les gens est devenu ton passe-temps.
    En les eclaboussant, tu deviens genant.
    Dans ton desespoir, il reste un peu d'espoir
    Celui de voir les gens sans fard et moins batards.

    Mais cesse de faire le point, serre plutot les poings,
    Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
    Releve la gueule, je suis la, t'es pas seul
    Ceux qui t'enviaient, aujourd'hui te jugeraient.

    Antisocial, tu pers ton sang froid.
    Repense a toutes ces annees de service.
    Antisocial, bientot les annees de sevices,
    Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus
    Qu'on ne rattrape plus.

    Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
    Tu masques ton visage en lisant ton journal,
    Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
    Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas.

    Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
    Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balle.
    Tu voudrais donner des yeux a la justice
    Impossible de violer cette femme pleine de vices.

    Antisocial, tu pers ton sang froid.
    Repense a toutes ces annees de service.
    Antisocial, bientot les annees de sevices,
    Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus,
    Qu'on ne rattrape plus
    Qu'on ne rattrape plus
    Qu'on ne rattrape plus.

    Antisocial
    Antisocial
    Antisocial
    Antisocial

    Antisocial
    Antisocial
    Antisocial
    Antisocial

    Antisocial
    Antisocial
    Antisocial
    Antisocial


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter