• Avortement : la lutte continue !

    Vendredi 16 janvier 2015

       Café repaire 

      à partir de 20H30

     Projection / Débat

    Avortement : la lutte continue !

    « Regarde, elle a les yeux grand ouverts »

    de Yann Le Masson (1980 - 90 min)

     

    Le café repaire reprend du service après quelques mois d'absence, avec toujours la rage au cœur, la révolte et la lutte au creux de la vie, car comme dit le poète, "ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent". Nous sommes en janvier 2015, deux ans avant la prochaine (grande) échéance électorale où tout indique que rien ne changera sauf en pire. Mais deux ans, c'est long et c'est court. Les réactionnaires de tous bords parlent tous d'humanisme au point de semer la confusion dans les esprits les mieux éclairés. Il y a 40 ans, les femmes prenaient leur avenir en main, bousculant ainsi celles et ceux qui voulaient contrôler leur corps : politiques, médecins et juges. En 1975, date de la promulgation de la loi Veil sur l’interruption de grossesse, le MLAC d’Aix-en-Provence (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception) existait depuis deux ans déjà. Issu des carences de l’institution médicale, il fut créé par des femmes pour mettre fin à la boucherie clandestine dont les plus défavorisées d’entre elles étaient les victimes (l'interruption volontaire de grossesse (IVG) est légalisée en France par la loi Veil en 1975, mais la loi ne prévoit pas sa gratuité). Il intégrait aussi toutes les luttes féministes des années précédentes, où s’affirmait pour la femme le droit à la maîtrise de son propre corps.

    Ce documentaire relate l’expérience vécue par des femmes du MLAC d’Aix en Provence, inculpées et jugées pour avoir pratiqué elles-mêmes des avortements (procès du 10 mars 1977).
    Leur lutte consistait non seulement à pratiquer des avortements, mais aussi des accouchements à domicile. Ces femmes militaient pour que l’accouchement et l’avortement soient contrôlés et voulus par les femmes elles-mêmes.

    "Tendresse des gestes, infinie sympathie des regards, sollicitude des voix, prise en charge collective d’une femme par d’autres femmes, tout cela enlève à l’interruption de grossesse son caractère effroyable dans sa banalité chirurgicale. Les femmes d’Aix rappellent, si besoin est, que l’avortement n’est jamais « de convenance ».

    Le film de Yann Le Masson échappe aux pièges du cinéma militant ou du film « mode d’emploi ». Le regard du réalisateur est celui d’un poète. Au centre des parents et des enfants rassemblés, Nicole, l’ouvrière d’Aix-en-Provence qui met au monde sa petite fille, a la transparence d’une madone du vingt et unième siècle." Noëlle de Chambrun.

  • 17 janvier 1975-17 janvier 2015, la loi sur l’avortement a 40 ans. MANIFESTATION NATIONALE POUR LES DROITS DES FEMMES. En avant toutes ! Nous devons continuer le combat !

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 40 ans de loi Veil : le combat n’est pas fini !

     

    Aglaé Martin & Malena Vrell

    “Cela ne s’appelle plus du désordre, madame la ministre. Cela ne s’appelle même plus de l’injustice. C’est de la barbarie, organisée et couverte par la loi, comme elle le fut, hélas ! il y a trente ans, par le nazisme en Allemagne”.

    Jacques Médecin, débats à l’Assemblé sur la “loi Veil”, 1974.

    Lire la suite...


    votre commentaire

  • Mardi 6 janvier 2015
    Lettre ouverte au professeur Guéguen

    Nous reproduisons volontiers le communiqué du collectif Vannes féministe en réponse à Nicolas Guéguen, professeur en sciences du comportement à l'Université de Bretagne Sud, qui a, dans une "étude" menée à Vannes, voulu montrer le "pouvoir de séduction des femmes selon la hauteur de leurs talons" (!)... et dont la presse (Ouest-France et Libération en tête) s'était lamentablement faite le relais, espérant probablement faire un buzz (lucratif)...

    Lettre ouverte au Professeur Guéguen

    "Monsieur le Professeur Guéguen,

    Vous venez de publier une étude sur le pouvoir des talons hauts, lorsqu’ils sont portés par les femmes. Pour être prises au sérieux par des hommes, qui accepteront alors de répondre à leur questionnaire, celles-ci doivent augmenter leur potentiel séduction grâce aux quelques centimètres accordés par le fameux talon.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique