• Grândola, Vila Morena est une chanson portugaise composée par Zeca Afonso, qui raconte la fraternité des habitants de Grândola, une ville située dans l'Alentejo. Elle fut considérée par le régime d'Antonio de Oliveira Salazar, l'Estado Novo, comme exaltant les idées communistes, et censurée. Le 25 avril 1974, à minuit quinze, cette chanson fut diffusée à la radio portugaise Radio Renascença et servit de signal pour commencer la révolution qui renversa le régime ; elle est ainsi associée à la Révolution des œillets et à la restauration de la démocratie au Portugal.

    Cette chanson a été reprise lors des manifestations massives pour s'opposer à l'austérité imposée par le gouvernement, à partir du 15 février 2013, jour où un groupe de députés de gauche a chanté cette chanson révolutionnaire à l’assemblée des députés.

     

     

    Grândola, vila morena
    Terra da fraternidade
    O povo é quem mais ordena
    Dentro de ti, ó cidade

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La Chanson de Prévert ouvre en 1961 le troisième 33 tours de Serge Gainsbourg intitulé « L’étonnant Serge Gainsbourg ». Elle fut son premier grand succès populaire : son contenu, qui n’effraie personne, lui permet de passer très souvent à la radio et lui gagne un public jusque là dérouté par le cynisme et la noirceur affichés par son auteur, que ce soit dans ses chansons précédentes (La Femme des uns sous le corps des autres, Ce mortel ennui,…) ou dans son attitude sur scène. Gainsbourg raconte lui-même le jour où il est allé demander à Prévert l’autorisation d’utiliser son nom : « Il m’avait reçu chez lui. A dix heures du matin, il attaquait au champagne. Il m’a dit : « Mais c’est très bien mon p’tit gars ! », et timidement, je lui ai tendu un papier qu’il a signé. »
    Quarante ans après, on ne compte plus les versions de La Chanson de Prévert (Michèle Arnaud, Isabelle Aubret, Cora Vocaire,…) et celle de Jeanne Birkin en 1991 au Casino de Paris figure parmi les plus réussies.

    Le thème du souvenir et du temps qui passe est ici traité avec une économie de moyens exemplaire par un Gainsbourg au sommet de son art poétique. Chacun d’entre nous peut se souvenir avec précision du lieu où il était et de ce qu’il faisait le jour où il a entendu pour la première fois une chanson qui l’a marqué, et de même, chacun peut associer une chanson à un événement marquant de sa vie. Source : Educ'net

     

     

    Paroles :

    Oh je voudrais tant que tu te souviennes
    Cette chanson était la tienne
    C'était ta préféré je crois
    Qu'elle est de Prévert et Kosma
    Et chaque fois "Les feuilles mortes"
    Te rappelle à mon souvenir
    Jour après jour les amours mortes
    N'en finissent pas de mourir.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • L'Hexagone est une chanson de Renaud, parue en 1975 dans l'album Amoureux de Paname. Une première version live figure dans la compilation double album Printemps de Bourges 1978. Elle fut ressortie en single live à l'occasion de la sortie de l'album Tournée Rouge Sang.

    La chanson raconte une année dans la vie des Français. Elle se compose de quatre couplets, chaque couplet étant consacré à un trimestre dans la vie des Français (le premier couplet évoque les mois de janvier, février et mars, le deuxième couplet évoque les mois d'avril, mai et juin, etc.). Renaud passe en revue, mois après mois, les tares qu'il attribue au peuple français, sur un ton sarcastique, mais néanmoins très dur («Être né sous le signe de l'Hexagone / C'est vraiment pas une sinécure / Et le roi des cons sur son trône / Il est français, ça j'en suis sûr»). La chanson fut d'ailleurs interdite d'antenne sur France Inter.
    Lire la page Wikipedia.

     Ils s'embrassent au mois de Janvier,
    car une nouvelle année commence,
    mais depuis des éternités
    l'a pas tell'ment changé la France.
    Passent les jours et les semaines,
    y a qu'le décor qui évolue,
    la mentalité est la même :
    tous des tocards, tous des faux culs.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Guy Marchand, né Guy Émile Marchand le 22 mai 1937 dans le 19e arrondissement de Paris, est un acteur, chanteur et musicien français. À la fois pianiste, saxophoniste et clarinettiste, il joue du jazz, du blues et du tango.

    Doté d'une voix de crooner, il connaît un premier succès dans le domaine de la chanson avec La Passionata, tube de l'été 1965.

    Avec toi il faudrait toujours vivre
    La passionnata, la passionnata, la passionnata
    Avec toi il faudrait toujours jouer
    La co-co-mé, la comé, comé, comédia

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Chant de lutte et chant d'amour !

    Chant d'amour :

    Le Lundi au soleil est une chanson chantée par Claude François en 1972. Elle ouvre l’album du même nom. Le Lundi au soleil sera un immense succès et le 45 tours se vendra à 500 000 exemplaires. La musique a été composée par Patrick Juvet et les paroles coécrites par Frank Thomas et Jean-Michel Rivat. La direction d'orchestre et les arrangements sont de Jean-Claude Petit. Le Lundi au soleil est aussi adapté en espagnol sous le titre Es el amor de verdad. Alors qu'il se trouve au premier étage des bureaux de Flèche, boulevard Exelmans à Paris, Claude François entend le début d'une chanson jouée au piano par Patrick Juvet venu proposer son œuvre. Immédiatement, il sent que celle-ci a le potentiel pour en faire un succès et descend rapidement rencontrer le jeune homme.

    Cette chanson figure dans la liste des cinq chansons de Claude François préférées des Français.

    Chant de lutte :

    Le titre de la chanson " Le lundi au soleil " est aussi le titre d'un recueil de textes  et de récits du « mouvement des chômeurs ». Novembre 1997 - Avril 1998 », La Bande à 35 heures par jour, L’INSOMNIAQUE 1998.

     

    Regarde ta montre
    Il est déjà huit heures
    Embrassons-nous tendrement
    Un taxi t'emporte
    Tu t'en vas, mon cœur
    Parmi ces milliers de gens
    C'est une journée idéale
    Pour marcher dans la forêt
    On trouverait plus normal
    D'aller se coucher
    Seuls dans les genêts

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique