• Déchets : Lorient agglomération choisit l'enfouissement

    Dimanche 3 février 2013

    Déchets : Lorient agglomération choisit l'enfouissemnt plutôt que l'incinérationDécharge de Kermat : 25 hectares supplémentaires en 2015 - Inzinzac-Lochrist

    Article paru le 28 juin 2012.

    Lorient agglomération et la mairie d'Inzinzac préparent l'extension de la décharge de Kermat. À partir de 2015, l'installation de stockage des déchets sera saturée. « Sur la base de 40 000 tonnes par an, nos casiers seront tous remplis. Nous envisageons une extension sur la partie sud et la partie est sur une surface de 25 ha », confirme Gérard Falquerho, vice-président chargé de la collecte et du traitement des déchets « ultimes » (que l'on peut pas recycler) au sein de la communauté d'agglomération. L'aménagement d'alvéoles supplémentaires permettra de garantir une vingtaine d'années d'exploitation.

    Traitement avant stockage

    Lorient agglomération (ex-Cap l'Orient) a souhaité aller loin dans le traitement de ces déchets. Et les traiter par dégradation de la matière organique dans l'unité de traitement biologique de Lann Sévelin à Caudan. Ceci afin de ne pas générer de nuisances lors de l'enfouissement. « Nous arrivons à une perte de la masse de 38 % que l'on espère passer à 40 % afin de réduire le volume à enfouir, en réduisant les odeurs ». Le centre de stockage de Kermat, qui les reçoit au final, fonctionne depuis 2006. A la satisfaction des élus : « Peu de collectivités traitent puis enfouissent sur leur territoire. C'est notre volonté à Lorient agglomération ».

    Treize hectares acquis

    Lorient agglomération et la mairie travaillent déjà sur l'extension. La dernière commission de suivi des riverains des villages de Kerdréan et du Calzat s'est réunie le 17 octobre 2011. Des contacts ont été pris avec la SBAFER (société bretonne d'aménagement foncier) et la chambre d'agriculture. « Nous avons acquis treize hectares pour compenser les terres agricoles impactées... Un barème de compensation est généralement appliqué. On ira au delà », ajoute Jean-Pierre Bageot, le maire d'Inzinzac.

    15 millions d'euros sur 20 ans

    Une demande d'autorisation d'exploiter sera constituée. Le dossier, qui comprendra entre autres des études hydrogéologiques et géotechniques, une étude d'impact sur l'environnement et la santé, une étude de danger, sera soumis à enquête publique. Cette extension représente un investissement « de l'ordre de 15 millions d'euros sur 20 ans », précise Olivier Catalogne, directeur général adjoint à Lorient agglo. Les alvéoles de 3 500 m 2 seront aménagées et végétalisées au fur et à mesure. Seules deux resteront à ciel ouvert.

    Eric LE MARCHAND.