• Défendons les riches, taxons les pauvres !

     Pauvres riches, les riches s'en vont, les riches s'exilent, les riches désertent les riches déménagent, les riches décampent, les riches fuient la France qui bientôt n'abritera plus que des pauvres. Sauvons les riches !

     

    Rêvez ! C'est un ordre !

    L'époque de Noël, c'est l'époque de tous les excès. Certains parlent de "pèrenoëlisation" de la société. La frénésie consommatrice dure maintenant toute l'année avec comme temps fort (comme disent les communicants) la période de Noël. Il faut donner du rêve aux pauvres gens : du rêve consommable, pour la croissance, l'emploi et les actionnaires ! Il y a ceux qui économisent des années pour deux semaines de vacances pour aller s'entasser dans des bateaux qui ressemblent étrangement aux immeubles dans lesquels ils habitent. Les croisières, cela fait riche mais se savent-ils pauvres ?

    Qui a volé les rêves des pauvres gens ?

    Dans cette société du spectacle permanent, les médias jouent un rôle majeur pour maintenir dans une attente sans fin un peuple aux abois qu'il convient de divertir sous peine de le voir s'enflammer. Pour amuser le peuple et le faire patienter, l'Etat fait construire "le plus gros paquebot du monde" et confie le chantier à une société sud-coréenne pour un milliard d'euros. Les temps sont "durs" (pas pour tout le monde) et l'inquiétude écologique n'est pas de mise. Il faut créer de l'emploi même s'il n'est pas social et même s'il n'est pas durable. Aucune réflexion n'est menée sur les conséquences environnementales comme si la nature était réductible à un ensemble de ressources inépuisables. Le gouvernement est intervenu pour favoriser cette signature du contrat. Les ouvriers de la société STX Finlande apprécieront. Cette concurrence de tous contre tout le monde érigée en système ne saurait nous faire oublier que tout cela est mené contre les peuples. De même que cela ne saurait nous faire oublier les aides publiques données à ces entreprises censées créer de l'emploi : combien de milliards d'euros pour Peugeot, pour Mital, pour Doux ? Il faut bien aider ces "pauvres" familles si gentilles avec ses ouvriers (lire ici).

     

    01 janvier 2013

    Bruno Mallart pour terra eco

    Les journalistes des grands médias relaient la bonne parole du gouvernement : il faudra bien payer la dette mais ils évitent soigneusement de demander où sont passés les mille milliards d'euros prêtés aux banques ? Mais d’où vient la dette ? A-t-elle été contractée dans l’intérêt général ? Peut-on alléger le fardeau de la dette sans appauvrir les peuples ? Les gouvernements agitent le chiffon de la croissance depuis des décennies sans s'apercevoir que le peuple n'y croit plus. La croissance, dans quel but ? Quelques emplois parmi des milliers de chômeurs en plus chaque jour. Il y aura bien un moment où la fumée se dissipera pour laisser place à une réalité bien plus terrifiante. Nous sommes arrivés au bord du gouffre et nous avons fait un pas en avant.

    Défendons les riches, taxons les pauvres !