• Gaby oh ! Gaby

    Gaby oh Gaby est une chanson interprétée par Alain Bashung. Écrite par Boris Bergman et composée par Bashung, elle fut d'abord publiée en single en 1980 chez Philips, avec la chanson Elle s'fait rougir toute seule en face B. Devant l'immense succès du single, la chanson est incluse dans la réédition de l'album Roulette Russe dite Nouveau couplage.

    En 1980, Alain Bashung a déjà quatorze années de carrière professionnelle, mais il est considéré aux yeux de la profession comme l'archétype du loser : un type brillant, auquel le succès commercial n'arrive pas, qui ne pourrait jamais y arriver. C'est ce que pense Philips, le label de Bashung, qui pense lui rendre son contrat. Mais c'est sans compter sur le directeur de production Gérard Baqué, sensible au talent du chanteur, qui avouera à Boris Bergman lors des obsèques de Bashung, qu'il a financé l'enregistrement d'un 45 tours en « en détournant une partie du budget de Paul Mauriat ». Le musicien réputé, roi de l'easy listening à la française aurait, sans le vouloir, sauvé la carrière de Bashung.

    Le texte de Gaby oh Gaby est écrit par Bergman au Japon et devait être la face B du single Ell's'fait rougir toute seule, puis Bashung demanda à son parolier d'écrire un nouveau refrain pour le morceau Max Amphibie, titre initial en référence à l'éditeur des chansons du duo Bashung/Bergman, qualifié de « gros fumeur, amateur de whisky qui ne s'étonnait de rien, nous reprochait de fumer des joints, était un peu homophobe sans le vouloir », selon Bergman, qui lui a inspiré « ce personnage qui se balade sous l'eau ». En témoigne l'attaque de cette première mouture : « J'fais mon footing au milieu des algues et des coraux, et j'fais mes pompes sur les restes d'un vieux cargo ». Bergman réécrit les paroles, s'attachant à évoquer un travesti ou un transsexuel, Gaby, provenant de l'argot gaboune, qui désignait un homosexuel.

    Gaby oh Gaby est enregistré aux Studios Ferber, à Paris, où elle sera complétée pour les dernières phrases. Alors que Bashung s'absente pour aller aux toilettes, Bergman griffonne sur le pupitre : « Il m'avait demandé d'ajouter des phrases pour la fin, j'ai décidé d'écrire des conneries pour le faire rire. Je m'attendais qu'il bute sur À quoi ça sert la frite si t'as pas les moules, mais il l'a chantée avec un sang-froid incroyable », dira plus tard le parolier. À la fin des prises, l'ingénieur du son Dominique Blanc-Francard lâche « Vous avez un truc énorme, là », mais Bergman pensait qu'il disait ça pour leur remonter le moral.

    J'fais mon footing au milieu des algues et des coraux
    Et j'fais mes pompes sur les restes d'un vieux cargo
    J'dis bonjour... Faut bien que je me mouille
    C'est ma dernière surprise-party, je m'écrase le nez au hublot
    J'ai mon contrat de confiance l'encéphalo qu'il faut
    J'ai qu'du bol, j'en vois un qui rigole


    Gaby, oh Gaby, tu devrais pas m'laisser la nuit
    J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries
    Gaby, oh Gaby, tu veux qu'j'te chante la mer
    Le long, le long, long des golfes
    Pas très clairs

    En r'gardant les résultats d'son check-up
    Un requin qui fumait plus à rallumé son clope
    Ca fait frémir, faut savoir dire stop
    Tu sais, tu sais c'est comme ce type qui voudrait que j'me soigne
    Et qu'abandonne son cleps au mois d'août en Espagne
    J'sens comme un vide, remets-moi Johnny Kidd

    Gaby, oh Gaby, tu devrais pas m'laisser la nuit
    J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries
    Gaby, oh Gaby, tu veux qu'j'te chante la mer
    Le long, le long, long des golfes
    Pas très clairs

    Gaby j't'ai déjà dit qu't'es bien plus belle que Mauricette
    T'es belle comme un pétard qu'attend plus qu'une allumette
    Ca fait craquer, au feu les pompiers
    Aujourd'hui c'est Vendredi et j'aimerais bien qu'on m'aime
    J'sens qu'j'vais encore finir chez Wanda et ses sirènes
    Et ses sirènes

    Gaby, oh Gaby, tu devrais pas m'laisser la nuit
    J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries
    Gaby, oh Gaby, tu veux qu'j'te chante la mer
    Le long, le long, long des golfes
    Pas très clairs

    Alors à quoi ça sert la frite si t'as pas les moules
    Ca sert à quoi 'cochonnet si t'as pas les boules


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter