• « Green »

    Léo Ferré, dont la misogynie était d'une rare violence, est paradoxalement le chanteur qui a su avec talent nous parler d'amour.  Le disque (sorti en 1964) reprend les poèmes de Rimbaud et Verlaine de manière majestueuse. « Green » de Verlaine fait partie du recueil "Romances sans paroles" publié en 1874.

    La nature est omniprésente dans ce poème : arborescence, fruits, fleurs, eau, vent. Le titre, « Green », vert en anglais – qui signifie aussi verdure –, évoque certainement ce décor à l’extérieur, que l’on devine frais, printanier et matinal. Ce sont des vers empreints à la fois d’une émotion contenue et d’une grande douceur. L'amour de Verlaine est entremêlé de souffrance. C'est un amour charnel autant que spirituel mais il dissimule son tourment amoureux. Sans doute un désir de réconciliation après une "bonne tempête".

    La musique est bouleversante : les pizzicati de la contrebasse révèlent nos propres pulsations et les violons, dans un crescendo magnifique, portent l'espoir d'un amour enfin assouvi.

     


    « Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
    Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.
    Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
    Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.


    J'arrive tout couvert encore de rosée
    Que le vent du matin vient glacer à mon front.
    Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
    Rêve des chers instants qui la délasseront.

    Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
    Toute sonore encor de vos derniers baisers ;
    Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête.
    Et que je dorme un peu puisque vous reposez. »


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter