• Il est cinq heures

     Nous connaissons toutes et tous la version de Dutronc et Lanzmann.. D'autres préféreront la version de Jacques Le Glou, "un gars bien", président d'Unifrance mort en 2010... Mais le point d’orgue des activités « non normales » – comme il aimait dire – de Jacques Le Glou, ça restera son 33-tours (et plus tard, CD) Pour en finir avec le travail. Chansons du prolétariat révolutionnaire que les amis des lois ne sont pas arrivés à mettre hors d’état de luire. Il s’agit d’un assortiment de chansons célèbres, interprétées magnifiquement par Michel Devy, Jacques Marchais et Vanessa Hachloum (pseudo de Jacqueline Danno) que Le Glou, mais aussi son pote Roda-Gil et ses camerluches situs Debord et Vaneigem, ont diaboliquement détournées de leur sens premier. C’est ainsi qu’Il est cinq heures, parolé par Jacques Lanzmann et miaulé par Jacques Dutronc, est devenu un hymne à un mai 68 qu’on aurait poussé plus loin :
    « Les blousons noirs sont à l’affût,
    Lance-pierres contre lacrymogènes,
    Les flics tombent morts au coin des rues,
    Nos petites filles deviennent des reines.
    Il est cinq heures.
    Paris s’éveille. (bis) »

    Source : vents contraires

     

     Les 403 sont renversées,
    La grève sauvage est générale,
    Les Ford finissent de brûler,
    Les Enragés ouvrent le bal,
    Il est cinq heures
    Paris s'éveille.

    Les blousons noirs sont à l'affût,
    Lance-pierres contre lacrymogènes,
    Les flics tombent morts au coin des rues,
    Nos petites filles deviennent reines,
    Il est cinq heures
    Paris s'éveille.

    La tour Eiffel a chaud aux pieds,
    L'Arc de triomphe est renversé,
    La place Vendôme n'est que fumée,
    Le Panthéon s'est dissipé,
    Il est cinq heures
    Paris s'éveille.

    Les maquisards sont dans les gares,
    A Notre-Dame ont tranche le lard,
    Paris retrouve ses fêtards,
    Ses flambeurs et ses communards,
    Il est cinq heures
    Paris s'éveille.

    Toutes les centrales sont investies,
    Les bureaucrates exterminés,
    Les flics sont sans merci pendus
    A la tripaille des curés
    Il est cinq heures
    Paris s'éveille.

    Le vieux monde va disparaître,
    Après Paris, le monde entier.
    Les ouvriers sans dieu, sans maître,
    Autogestionnent la cité,
    Il est cinq heures
    Le nouveau monde s'éveille,
    Il est cinq heures
    Et nous n'aurons jamais sommeil.

     

     

    Chant anarchiste, "il est cinq heures"

    Jacques Le Glou.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter