• L'occupation du sol en Bretagne

    L'occupation du sol en Bretagne

     

     

    Dernière modification le 22 décembre 2010

    Surtout agricole, le territoire breton est très fragmenté

    Même si les sols cultivés occupent une part importante du territoire breton, l'artificialisation gagne du terrain au détriment des sols naturels.

    La base de données Corine land cover 2006 fournit un inventaire biophysique de l’occupation des terres réalisé à partir d’images satellitaires. Elle nous apprend que la Bretagne est un territoire très fragmenté qui mêle étroitement les sols cultivés aux sols naturels et artificialisés. Il n’existe d’ailleurs pas de grande zone continue.

     

    L’enquête statistique Teruti-Lucas, menée chaque année, est un autre moyen de connaître l’évolution de l’occupation du sol. En Bretagne, l’orientation agricole est particulièrement prégnante puisque les sols cultivés y sont prépondérants (53 %). Les sols naturels - c'est-à-dire les surfaces boisées, les surfaces agricoles toujours en herbe, les landes, etc. - viennent en deuxième position (35 %) devant les sols artificialisés (12 %) qui comprennent à la fois des sols bâtis et non bâtis (routes, chantiers, carrières, terrains vagues, etc.).

    Entre 1992 et 2009, l’utilisation des sols a changé en Bretagne. Les sols naturels régressent peu à peu en raison de l’artificialisation croissante du territoire. En particulier sur le littoral qui est une zone étroite ; le réseau urbain y est plus dense et le mitage du territoire encore plus accentué qu’ailleurs dans la région.

    L'occupation du sol en Bretagne

      L'occupation des sols en Bretagne et son évolution

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter