• La Bretagne exporte ses déchets à Changé

    Dimanche 27 janvier 2013

    La Bretagne exporte ses déchets à Changé Mercredi 3 octobre 2012

    La Bretagne exporte ses déchets à Changé

    Séché environnement à Changé traite 450 000 tonnes de déchets ménagers dont seulement 12 % viennent de la Mayenne.© Archives Ouest-France

    Des associations ont interpellé les conseils généraux de Bretagne : la Mayenne recevrait trop de déchets. La réalité semble plus complexe.

    Enquête

    La Mayenne dépotoir de l'Ouest ? C'est un article du Télégramme qui a mis le feu aux poudres. Selon le quotidien breton, des associations écologistes de la Mayenne ont interpellé les conseils généraux de Bretagne afin de dénoncer un transport trop important de déchets en direction de la Mayenne. Plus exactement, du site d'enfouissement et de traitement des déchets de Séché environnement, à Changé.

    Les associations en question, l'Apège (association de protection de l'environnement du Genest-Saint-Isle) et Anjou Mayenne environnement (1) s'appuient sur un rapport de la chambre régionale des comptes. Selon lequel Changé traite une grande part des 300 000 tonnes annuelles de déchets ménagers bretons. Avec 5 000 camions par an, le Finistère détiendrait même le record du département qui exporte le plus vers la Mayenne.

    Du côté du groupe Séché environnement, on prend ces chiffres avec beaucoup de distance.« Ils étaient bons il y a deux ans mais depuis les volumes qui viennent de la Bretagne ont diminué, assure Juliette Aubert, la chargée de communication. Actuellement, on est plutôt à 2 500 camions par an qui viennent du Finistère. »

    Trois installations en Mayenne

    Il y a évolution dans le bon sens, selon Séché. « C'est vrai qu'il y a un déficit de traitement dans les départements bretons, reprend Juliette Aubert. Mais les choses changent. Des incinérateurs ont été remis aux normes. Et des centres de traitement ont été créés. » Séché vient d'ailleurs de reprendre le site de La Dominelais, en Ille-et-Vilaine, au sud de Rennes. Et cela, les associations ne le précisent pas.

    Avec 450 000 tonnes de déchets ménagers cette année (dont 20 % partent au recyclage), le site de Séché, à Changé, est l'un des plus gros centres de traitement de déchets en France. À tel point qu'il a redessiné le paysage de cette campagne lavalloise. Un gros site dans un petit département : l'apport de la Mayenne est de 12 % (et non 8 % comme c'était le cas en 2009), la majorité des déchets provenant du Grand-Ouest (Bretagne, Pays de la Loire et Normandie). C'est peut-être là le problème pour les associations.

    La Mayenne reçoit beaucoup de déchets de l'extérieur. Juliette Aubert en convient. « La Mayenne est excédentaire en installations par rapport à ce qu'elle produit. » C'est ainsi qu'à côté de Changé, il faut citer l'incinérateur de Pontmain, propriété du conseil général de la Mayenne (environ 60 000 tonnes d'ordures ménagères traitées par an) et le centre de stockage de Saint-Fraimbault qui appartient au groupe Sita (120 000 tonnes de déchets par an).

    Pour les associations, cette exportation bretonne, c'est plus de camions sur les routes mayennaises et plus de pollution, le CO2 des camions. Juliette Aubert en convient mais met les associations face à leurs contradictions. « Ce qui est regrettable c'est que lorsqu'on veut construire un site de traitement, des associations s'y opposent. Et les mêmes associations critiquent les sites qui existent. » Or, il faut bien faire quelque chose de nos déchets.

    (1) rien à voir avec Mayenne nature environnement qui ne participe pas à cette action.

    Jean-François VALLÉE.  Ouest-France


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter