• La butte rouge

    La Butte rouge est une chanson de Montéhus (1872-1952) sur une musique de Georges Krier (1872-1946), écrite après la Première Guerre mondiale, en 1923.

    Chanson anti-guerre par excellence, elle fait référence à la « butte Bapaume », un lieu-dit inhabité dans les environs de Berzieux, et à un sanglant épisode sur le front de Champagne, pendant la Première Guerre mondiale. Le contraste entre la valse lente de sa musique et les paroles est remarquable. Chanson du répertoire de Montéhus, il ne reste aujourd'hui qu'un enregistrement commercial d'époque chanté par Francis Marty.

    Du fait d'une confusion entre la Butte rouge et la butte Montmartre, la chanson est souvent identifiée par erreur comme une chanson de la Commune de Paris : c’est ainsi qu’elle apparaît de façon anachronique dans le Van Gogh de Maurice Pialat. (Wikipedia)

     

    La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin
        Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin.
        Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin.
        Qui boira ce vin là, boira les larmes des copains.

    Sur c’te butt’là y’avait pas d’gigolettes
    Pas de marlous ni de beaux muscadins.
    Ah ! C’était loin du Moulin d’la Galette,
    Et de Panam’ qu’est le roi des pat’lins.
    C’qu’elle en a bu des larmes cette terre,
    Larmes d’ouvriers et des larmes de paysans,
    Car les bandits qui sont cause des guerres
    N’en meurent jamais, on n’tue qu’les innocents !

       La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin
        Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin.
        Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin.
        Qui boira ce vin là, boira le sang des copains.

    Sur c’te butt’là on n’y f’sait pas la noce
    Comme à Montmartre où l’champagne coul’ à flots;
    Mais les pauvr’s gars qu’avaient laissé des gosses
    Y f’saient entendre de terribles sanglots !
    C’qu’elle en a bu du beau sang cette terre,
    Sang d'ouvriers d’ouvriers,sang de paysans,
    Car les bandits qui sont cause des guerres
    Ne pleurent jamais, car ce sont des tyrans !

        Refrain
        La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin
        Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin.
        Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin.
        Mais moi j'y vois des croix portant le nom des copains

    Sur c’te butt’là, on y r’fait des vendanges,
    On y entend des cris et des chansons ;
    Filles et gars doucement y échangent
    Des mots d’amour qui donnent le frisson.
    Peuvent-ils songer, dans leurs folles étreintes,
    Qu’à cet endroit où s’échangent leurs baisers,
    J’ai entendu la nuit monter des plaintes
    Et j’y ai vu des gars au crâne brisé !

        Refrain
        La Butt’ Rouge, c’est son nom, l’baptême s’fit un matin
        Où tous ceux qui montaient roulaient dans le ravin.
        Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin.
        Qui boira ce vin là, boira les larmes des copains.

     

    Les autres reprises

    Elle a été reprise par de nombreux chanteurs ou groupes, dont :

    • Yves Montand
    • Claude Vinci
    • Marc Ogeret
    • Renaud dans Le P'tit Bal du samedi soir et autres chansons réalistes
    • Les Motivés (Zebda)
    • Docteur Merlin
    • Serge Utgé-Royo
    • Gérard Gorsse
    • Christian Borel

     

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter