• Les feuilles mortes

    Les Feuilles mortes est une chanson française écrite par Jacques Prévert et composée par Joseph Kosma.

    La chanson a pour origine un thème instrumental de la partition que Kosma avait composée pour le ballet de Roland Petit Le Rendez-vous (1945). Le refrain se calque sur une mélodie du Poème d'Octobre de Jules Massenet (1876). Sur ce thème Prévert, auteur de l'argument du ballet, a écrit à l'intention de Marcel Carné, qui était désireux d'adapter au cinéma le sujet du ballet, un texte qu'il disait être « simple comme bonjour ». La chanson devait initialement figurer au générique du film de Carné, intitulé Les Portes de la nuit. Dans le film, seules des bribes en sont fredonnées par Diego (Yves Montand) puis Malou (Nathalie Nattier). Sorti en décembre 1946, le film a été un échec commercial, mais la chanson allait devenir au bout de quelques années un succès international. Montand a prétendu avoir été le premier à l'interpréter en public. « Il a manqué d'élégance », faisait remarquer Cora Vaucaire en 1995, cédant à la curiosité d'Alain Poulanges (entretien sur France Inter) ; en effet c'est elle qui, la première, a enregistré ce titre. À peu près au même moment, Marianne Oswald en a donné une version partiellement en allemand. Jacques Douai en a été le premier interprète masculin (1947). Nous vous proposons ici, la version de Mouloudji.

     

    Oh! je voudrais tant que tu te souviennes
    Des jours heureux où nous étions amis.
    En ce temps-là la vie était plus belle,
    Et le soleil plus brûlant qu´aujourd´hui.
    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
    Tu vois, je n´ai pas oublié...
    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
    Les souvenirs et les regrets aussi
    Et le vent du nord les emporte
    Dans la nuit froide de l´oubli.
    Tu vois, je n´ai pas oublié
    La chanson que tu me chantais.

    {Refrain:}
    C´est une chanson qui nous ressemble.
    Toi, tu m´aimais et je t´aimais
    Et nous vivions tous deux ensemble,
    Toi qui m´aimais, moi qui t´aimais.
    Mais la vie sépare ceux qui s´aiment,
    Tout doucement, sans faire de bruit
    Et la mer efface sur le sable
    Les pas des amants désunis.

    Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
    Les souvenirs et les regrets aussi
    Mais mon amour silencieux et fidèle
    Sourit toujours et remercie la vie.
    Je t´aimais tant, tu étais si jolie.
    Comment veux-tu que je t´oublie?
    En ce temps-là, la vie était plus belle
    Et le soleil plus brûlant qu´aujourd´hui.
    Tu étais ma plus douce amie
    Mais je n´ai que faire des regrets
    Et la chanson que tu chantais,
    Toujours, toujours je l´entendrai!

    {Refrain}

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter