• Marv eo ma mestrez

    Marv eo ma mestrez (« Morte est ma bien-aimée ») est une "gwerz" (chanson traditionnelle bretonne), parfois interprétée en gavotte (Dañs a-dro Poullaouen). Marv se prononce parfois "maro" (Bretagne Nord notamment). La complainte figurait au répertoire des sœurs Goadec. En 1973,  elle apparait dans l'album d'Alan Stivell "Chemins de Terre". En 1993, Erik Marchand l'interprète lui aussi dans l'album "Sag an tan ell" avec le Taraf de Caransebes, Grand Prix de l’Académie Charles-Cros 1995.

     

     

    Me am eus ur feunteun e-barzh kornig ma jardin
    Eno ma ven kavet diouzh an noz hag ar mintin
    Eno ma ven kavet atristet gant ar glac'har
    'Soñjal 'barzh ma mestrez a zo aet d'an douar

    Marv eo ma mestrez, marv eo ma holl fiziañs
    Marv ma flijadur ha toud ma holl esperañs
    Biken 'm bije soñjet hag ar marv a deuje
    Da lemel diganin ma dous, ma c'harantez

    Deus poanioù ar bed-mañ, fuzulhioù ha sabrennoù
    Hastit, mar plij ganeoc'h finisañ din ma deizioù
    Hastit, mar plij ganeoc'h finisañ din ma buhez
    'vit ma'c'h in d'ar bed all war-lerc'h ma c'harantez

    C'hoarvez a ra ganin evel gant ur marc'hadour
    En deus ur vatimant da navigiñ war ar mor
    Graet ganti he beaj, erruet eo poz ar joa
    Ma doucho da Gernev ma ranko perisañ

     

     

    J'ai une fontaine
    Dans un coin de mon jardin
    Là, vous me trouverez
    Le matin comme le soir
    Pétrifié de chagrin,
    Pensant à ma bien-aimée

    Ma bien-aimée est morte,
    Je n'éprouve plus aucun plaisir
    Ma confiance s'est envolée
    Ainsi que tous mes espoirs.
    Jamais je n'avais imaginé
    Que la mort puisse venir
    M'enlever ainsi
    Ma douce, ma bien-aimée

    Peines de ce monde,
    Fusils et couteaux,
    Dépêchez-vous,
    Je vous en prie,
    D'en finir avec ma vie
    Dépêchez-vous,
    Je vous en prie,
    D'en finir avec ma vie.
    Que j'aille dans l'autre monde
    Rejoindre ma bien-aimée.

    Je suis comme un marchand
    J'ai un navire
    Pour voyager sur mer.
    Son voyage achevé,
    Il accostera aux îles de la félicité,
    Si le mât venait à se briser,
    Il sombrerait.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter