• Missile M51. Les pêcheurs dénoncent la « mer poubelle »

    Missile M51. Les pêcheurs dénoncent la « mer poubelle »

     
     
    Finistère. Mardi 07 mai 2013

     Missile M51. Les pêcheurs dénoncent la « mer poubelle »

    Reportage. Il est 17 h. Le ballet des bateaux de pêche, rentrant au port, débute au Guilvinec. Mais le temps n’est pas au beau fixe sur le port.

    Les marins ont appris hier matin le prolongement d’une zone sécurisée, interdite à la pêche, suite à l’échec du tir de missile M51 dimanche matin. « On est restreint, confie Jean-Baptiste Bongi, patron du Squale. Ce sont des zones de langoustines que l’on fréquente quasiment toute l’année. » À chaque bateau, sa réaction. Colère. Dépit. Résignation. Inquiétude.

    « Ça limite le travail et le champ de pêche, acquiesce, de son côté, Jean-Jacques Tanguy, président du comité des pêches du Finistère. C’est des emmerdements pour tout le monde. »

    « Après le clapage, le missile. La coupe est pleine, tance Patrice Donnart, patron du Risten. C’est une mer poubelle. » Les langoustiniers sont à la peine, alors que c’est la « grosse saison » du crustacé. « De mars à octobre, c’est la période des langoustines. Faut pas se louper », explique Yves Le Brenn, patron, avec son frère Olivier, de l’Oxalis, qui note aussi que l’hiver avait déjà été « catastrophique ».

    L’interdiction de pêcher dans cette zone de pêche est un vrai manque à gagner. Ne peuvent-ils pas aller ailleurs ? « Vers l’est, les Glénans », indique un pêcheur, mais ça ne va pas durer. Ils ont besoin de changer régulièrement de secteur. Les bateaux côtiers se trouvent limités. Ils ne peuvent aller au-delà des 20 milles nautiques (environ 37 kilomètres). « On paie les pots cassés de l’essai raté », déplore Jean-Baptiste Bongi.

    Cette zone a été définie pour permettre le nettoyage des débris du missile. Les pêcheurs craignent de retrouver des morceaux dans leurs chaluts. « 56 tonnes tombées dans la mer, relève Yves Le Brenn avant de redouter. Ils ne pourront jamais tout récupérer. »

    « C’est beaucoup de travail en plus, à réparer les filets », glisse un pêcheur du Risten. Patrice Donnart dénonce le préjudice provoqué par cet essai, raté. « L’État doit indemniser les pêcheurs et nettoyer. »

    Thibault QUARTIER.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter