"Non pas uniquement pour des questions de flux ou de pertinence du transport aérien mais parce que l’installation de NDDL va accélérer la fusion entre les agglomérations rennaises et nantaises. Or ces concentrations urbaines, on peut se demander jusqu’où elles sont pertinentes. Est-ce qu’une ville de 200 000 hbts offre plus de services qu’une ville de 50 000 hbts ? On voit bien qu’aujourd’hui se mettent en place sous l’impulsion des communautés d’agglomérations de Rennes et Nantes, ce qu’on appelle aujourd’hui la Californie bretonne c’est à dire une ville continue entre Saint-Malo et Nantes et peut-être même jusqu’à La Rochelle à terme...Qui pour ses promoteurs serait une masse nécessaire pour atteindre des dimensions internationales. Cela engendre une véritable interrogation :Comment se fera la redistribution de ce pouvoir de ces métropoles de l'Est de la Bretagne au bénéfice du reste du territoire breton ? Et là , c'est une question qui n'est pas posée et qui n'apparaît jamais dans les débats.