• « Pacha Mama » la terre nourricière

    Lundi 15 avril 2013

    Notre-Dame-des-Landes« SÈME TA ZAD! » A Notre-Dames-des-Landes, les zadistes recultivent les terres

    Notre-Dame-des-Landes

     

    Page de Suie .

    Brèves de la guerre sociale 

     

     

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

     

    «Avec 'SÈME TA ZAD!' nous voulons mettre en place, dès maintenant une communisation des terres et des pratiques. Nous prenons la terre et nous la garderons!»

     
    Pas question de laisser le champ libre à Vinci. Plus d'un millier d'opposants -- armé de bêches, de fourches, de pioches et autres outils, venant de tous horizons -- au très hypothétique futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont organisé une manifestation, samedi 13 avril, sur la Zone à défendre. Au programme de la journée, nommée « SÈME TA ZAD! », plantations de pommes de terre, semis, montage de serre, poulailler, petits fruitiés, réfection de clôture, création de chemins pour ne pas abîmer les champs (éviter la police aussi...) et curage de fossés.

     

    Bizarrement, aucune trace des barrages de flics!!! Ils ont dû choisir de faire profil bas, ou de faire comme si il n’y avait pas d’occupation militaire quand les médias débarquent… Dans le cortège au sud de la Zad, une « samba » suivait une banderole proclamant « Sème ta Zad, occuper, cultiver, résister ».

    Malgré l’arrivée du printemps, c’est sous la pluie qu’un des groupes a emprunté la « RD281″, cette route barrée de chicanes depuis le début des tentatives d’expulsion en octobre 2012, où de multiples affrontements avec ces chiens de CRS ont eu lieu. « Avec les différents chantiers agricoles, nous renforcerons l’implantation dans la durée des occupations sur la Zad », a expliqué un porte-parole des camarades zadistes, monté sur une remorque, « Construire là où il veulent détruire, cultiver là où ils veulent bétonner », a-t-il proclamé..!

    Dans le Sabot, une vingtaine de zadistes ont enrichi à l’aide de fumier un grand jardin maraîcher collectif. Dans un autre, à côté de nouvelles cabanes baptisées les 100 Noms, des rangs de pommes de terre et de fraisiers étaient plantés. Après avoir déjeuné autour de tentes de restauration collective, les zadistes se sont dispersés vers les différents ateliers de curage de fossés ou de réfection de clôtures, certains chantiers prévus ayant dû être repoussés à cause de la pluie et de la terre détrempée. Au nord, où la ferme de Bellevue est occupée depuis janvier – par le collectif « Copain », regroupement d’organisations agricoles en lutte contre l’aéroport – pour éviter sa destruction, plusieurs centaines de zadistes se sont également rassemblés. Ils y ont fait la première fournée de pain sortie du vieux four en pierre qu’ils avaient remis en état il y a peu.

    « L’hiver n’a pas été évident, les conditions climatiques, la fatigue, le stress… » [...] « Là, on est au début du printemps, c’est plein de nouvelles énergies » [...] « peut-être qu’on va pas faire germer des graines mais on va faire germer plein d’idées qui vont durer des semaines ».

    Une certaine « animosité » fut ressentie envers les collabos journalistes des merdias mainstream… Il parait que deux véhicules siglés des logos de la presse, ont eu leurs pneus dégonflés, la boue a fusé à plusieurs reprises sur une équipe télé, et au micro, il a été évidemment demandé aux « journalistes journaleux des médias bourgeois » de ne pas filmer les personnes présentes sans leur permission. On se demande pourquoi… ;-)

    Les photos de la journée « Sème ta ZAD! »  Purée, qu’est-ce que j’ai hâte d’y aller cet été..!!!

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

     

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

     

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

     

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

     

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes

     

    "Sème ta zad" à Notre-Dame-des-Landes


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter