• Partenariats public-privé : une bombe à retardement

     Partenariats public-privé : une bombe à retardement

     Emission de "Pièces à conviction" sur les PPP. Octobre 2012.

     Bâtiments publics : la vraie facture.

    Partenariats public-privé : une bombe à retardement

    "Malgré la crise qui plombe les finances publiques depuis 2008, la France est la championne des grands travaux. Des équipements spectaculaires fleurissent dans tout le pays : grands stades dernier cri, chantiers de rénovation de dizaines d’universités, nouvelles prisons et hôpitaux.

    Pourtant, il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’Etat ni dans celle des collectivités locales. Alors comment finance-t-on ces grandes infrastructures publiques ?

    Il existe depuis 2004 une solution miracle : les PPP, pour "partenariat public-privé". L’Etat et certaines collectivités locales confient le financement, la construction, et l’exploitation de leurs équipements à une entreprise privée. La formule est séduisante : il n’y a rien à payer avant l’inauguration. Et l’addition est indolore à court terme car les loyers sont étalés sur 30 ou 40 ans. Depuis 2004, 961 partenariats public-privé ont été signés en France pour un montant de 41 milliards d’euros.

    L’enquête de Pièces à conviction révèle la face cachée de ces contrats entre les acteurs publics et les géants du BTP : clauses dissimulées, imprévus à la charge des collectivités, et coût final qui, parfois, explose. Si cette formule est une excellente affaire pour les entreprises privées, elle peut vite devenir un piège pour les finances publiques et donc pour le contribuable."

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter