• Poubelles. Des puces qui font bondir les usagers lorientais.

    Samedi 2 février 2013

     

    Article paru le 20 avril 2012

    Je paie ce que je jette! Ce principe sera mis en application dans cinq communes du pays de Lorient. Si la facturation au nombre de levées, rendue possible grâce à des puces sur les poubelles, fait consensus, des voix s'élèvent contre le prix du service.

    Après le pays de Questembert et Muzillac (Le Télégramme du10 février), cinq communes de l'Outre-Rade du pays de Lorient (*) s'apprêtent à appliquer la redevance incitative dans la tarification des déchets, comme l'impose la loi issue du Grenelle de l'environnement. Cette décision, votée à l'unanimité par les élus de la communauté de communes Blavet Bellevue Océan (CCBBO) en septembre2011, traduit une forte ambition. Le dispositif tourne autour du principe du pollueur-payeur. Ce nouveau mode de ramassage doit non seulement conduire à une maîtrise des coûts d'un service en constante progression (1,29M€ en 2011) mais surtout, relever le défi d'une réduction des déchets, encourageant ainsi un meilleur tri par l'usager.
     


    8.500 foyers équipés en bacs pucés

    Les services de la CCBBO travaillent à cette bascule depuisdeux ans. Lacollectivité va y investir 800.000€, dont une grande partie sera consacrée à l'équipement des 8.500foyers en bacs individuels pucés. Et, notamment, sur la commune de Kervignac qui ne disposait que de conteneurs collectifs. La facturation au nombre de levées sera testée durant sixmois, à partir du 1erjuillet prochain. «Un test à blanc, nécessaire pour vérifier l'efficience du dispositif», signale le service environnement. Les premières factures ne tomberont qu'à partir de janvier2013. Concrètement, les usagers paieront un abonnement au service(17,40€), puis un forfait obligatoire de douze levées avec un prix indexé sur la taille du bac. Chaque bac sera muni d'une puce permettant son identification. La facture sera donc calculée en fonction du nombre de vidages dans le camion-benne. Et en cas de dépassement? Un supplément sera adressé à chaque levée supplémentaire, sur la base de la taille du bac. Quant à ceux qui seraient tentés par un dépôt sauvage, une amende de 300€ est promise aux usagers indélicats.

    «Un niveau délirant de facturation»

    Comme à Questembert, où ce système a fait chuter les déchets de 38%, la collectivité du pays de Lorient croit beaucoup dans les vertus de la tarification incitative. Des transferts conséquents vers les poubelles jaunes et les composteurs de jardins sont attendus, tout comme une moindre sollicitation du service. D'un ramassage par semaine, le passage du camion-benne pourrait s'espacer tous les quinze jours. Voire une fois par mois. En théorie. Car la nouvelle grille tarifaire a fait bondir usagers et élus. «Le principe de la redevance incitative n'est pas en cause mais rien ne justifie le niveau de facturation retenu», s'emporte Jean Le Bouille, élu d'opposition à Kervignac, qui rejoint les inquiétudes du comité de défense des usagers, créé il y a quelques jours. En cause, la facture salée promise aux usagers. «J'ai fait mes comptes. Si je sollicite le service deux fois par mois, autrement dit en bon citoyen, ma facture va augmenter de 87%». Selon lui, rien ne justifie une telle explosion des coûts. «Cette grille tarifaire est complètement délirante». Pour éteindre l'incendie, la CCBBO organise une série de sixréunions publiques, du 9 au 31mai. Pour la collectivité, il n'est pas question de faire machine arrière. «On va expliquer à nouveau l'intérêt de ce changement de mode de financement. Rien n'est figé, y compris la facturation qui n'est qu'un projet».

    * Communauté de communes Blavet Bellevue Océan: Plouhinec, Kervignac, Nostang, Sainte-Hélène, Merlevenez

     

     Régis Nescop


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter