• Pour une rue Thatcher à Paris ?

    Pour une rue Thatcher à Paris ?Pourquoi seulement une rue puisqu’elle est déjà partout ?

    The witch is dead but she is the winner ! Depuis trente ans, les bonnes vieilles recettes de cuisine capitalistes de tante Maggie se sont imposées partout en s’adaptant aux coutumes locales, à coup de hache là-bas, avec des roses socialistes ici, mais en entrainant partout les chouettes résultats que l’on sait. Privatisation, destruction des syndicats, libéralisation, dérégulation du secteur financier. Telles furent les armes de sa guerre de classe. Des armes de destruction sociale massive qui ont permis d’imposer partout la dictature de la cupidité. Sans Thatcher pas de Cahuzac. Thatcher c’est Che Guevara à l’envers. Classe contre classe, utopie contre utopie. Elle a gagné. Le peuple a perdu. Le peuple ressemble à ce hanneton sur le dos qui agite ses pattes en entendant le rouleau compresseur qui arrive. Et qu’est-ce qu’il fait le hanneton ? Il chante. Il donne raison à cet irlandais, Samuel Becket qui disait, « Quand on est dans la merde jusqu’au coup, on n’a plus qu’à chanter » c’est ce que font les anglais, ils chantent « Ding Dong the witch is dead » ils inventent des blasphèmes hilarants, partout, a plein tube, ça n’arrête pas, faites un tour sur le net c’est plein de férocité printanière et Jonathan Swift – un autre irlandais - se marre dans sa tombe. Mais ça ne suffira pas pour arrêter le rouleau compresseur, prendre les commandes et le diriger dans l’autre sens. La solution ? Se lever tôt, très tôt. Ecoutez bien ce que disait Margaret Thatcher : « les marxistes se lèvent très tôt pour faire avancer leur cause ; nous devons nous lever encore plus tôt » Se lever encore plus tôt et même ne plus se coucher du tout.

    LABAS

     Première diffusion : le 23 février 1998

    Marlborough ? Monsanto ? Nike ? Coca-Cola ? Quels seront les sponsors dont nous pourrons lire les marques sur le cercueil de la Dame de Fer, ce mercredi à Londres ? Ce serait un bel hommage à celle qui a redressé et modernisé la Grande-Bretagne, et qui a imposé une politique reprise partout dans le monde, selon la grande presse qui rend à la dame de fer (Stalina en russe) un hommage unanime.

    Oh, bien sûr il y a aussi les ingrats et les aigris qui éructent et blasphèment ça et là. Des perdants.

     

    Pas tous. Aujourd'hui nous revenons à Tower Colliery, une mine du Pays de Galles qui devait fermer comme toutes les autres mines suite à la guerre livrée par Thatcher. Sauf qu'à Tower Colliery, les mineurs ont investi leurs indemnités pour racheter leur mine en 1995. Ils l'ont parfaitement gérée, eux-mêmes avec succès jusqu'en 2008 où la mine a du fermer pour des raisons géologiques. Retour sur ce reportage de 1998, histoire de se dire qu'on ne perd pas toujours et que, oui, TINA, il y a des alternatives.

    Reportage Daniel Mermet.