• The Silent killer

    Le Tueur silencieux

    Prochaine séance, projection-débat du film "the silent killer" aura lieu à Groix, mercredi 3 juillet à l'île de Groix, précédé de "l'enfer vert des Bretons"  (le scandale des algues vertes)

     

    Plus d'infos sur le SITE  www.bugaledbreizh.org  nouvellement créé.  

     (le suffixe .org  est réservé aux organisations à but non commercial)

     

    The Silent killer

     

       Huit ans après le naufrage du Bugaled Breizh, un réalisateur morbihannais vient d'achever le montage d'un film retraçant des années de procédure et de recherche de la vérité. Jacques Losay a composé ce documentaire à partir de reportages télés et d'interviews. De quoi faire avancer la réflexion sur ce qui s'est réellement passé ce jour-là.

     Extrait :

     THE SILENT KILLER le tueur silencieux : Le Bugaled Breizh , chalutier immatriculé à Loctudy a coulé , entrainant ses 5 marins par le fond en moins d'une minute . Depuis bientôt 10 ans les familles se battent pour connaitre la vérité sur ce naufrage qui ressemble de plus en plus à un assassinat odieux recouvert d'une chape de plomb par les pouvoirs militaires et politiques . Le film de Jacques Losay retrace toute l'affaire jusque dans ses moindres détails et surtout actualise l'affaire au rythme de ses nouveaux ressentiments. Des éléments très récents donnent au débat un intéret tout particulier. A l'issue de la projection du film , un débat est organisé en présence de Jacques Losay réalisateur.

      

      The Silent killer

     

    Bugaled-Breizh. Le retour de l'hypothèse américaine. Mardi 26 février 2013.

    Dans le cadre de l'enquête sur le naufrage du Bugaled-Breizh, les juges d'instruction nantais s'intéressent à l'éventuelle présence d'un sous-marin. Américain et non anglais.

    The Silent killerBugaled-Breizh. Le retour de l'hypothèse américaine.
    Dans cette affaire, les juges veulent désormais entendre l'expert Dominique Salles, qui, dans un rapport, en septembre, évoquait l'implication éventuelle d'un SNA américain espion. Photo DR

    "Il n'y a pas lieu d'ordonner de complément d'expertise sur le sous-marin anglais HMS Turbulent le jour du naufrage du Bugaled-Breizh mais il faut procéder à l'audition de l'expert Dominique Salles en qualité de témoin sur la responsabilité possible d'un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) américain dans le drame".

    Telles sont les conclusions des juges d'instruction nantais dans leur ordonnance rendue le 19 février dernier. Dans le cadre de l'enquête sur le naufrage du Bugaled-Breizh, qui fît trois morts et deux disparus en Manche, le 15 janvier 2004, une demande de complément d'expertise avait été déposée, le 6 février, par Thierry Le Métayer et son avocat Me Tricaud. Pour eux, il faut continuer d'enquêter sur l'hypothèse de l'implication du submersible britannique HMS Turbulent dans le drame.


    HMS Turbulent : demande rejetée


    Comme d'autres parties civiles, le fils du mécanicien du Bugaled ne se satisfait pas des conclusions livrées, fin 2012, par l'expert. Des conclusions sur les positions et messages suspects du HMS Turbulent le jour du drame, qui écartent l'implication du sous-marin anglais. La position officielle du HMS Turbulent le 15 janvier 2004 reste donc aux yeux de l'enquête judiciaire française une position à quai, à son port d'attache de Devonport. Un point défendu par la Royal Navy depuis plusieurs années. Une défense appuyée, en décembre dernier, dans nos colonnes, par le commandant de l'époque du HMS Turbulent, Andy Coles.

    Au regard des analyses de l'expert, les juges d'instruction nantais Tchalian et Coulon rejoignent donc, dans leur note de ce 19 février, le communiqué livré le mois passé par le parquet de Nantes. Les familles et proches des victimes vivent cette étape judiciaire comme un coup dur dans leur quête de vérité. "C'est une tuile", indiquait récemment le réalisateur Jacques Losay.

    Lors de la récente projection de son film "The silent killer" au Sénat, à Paris, des parties civiles ont néanmoins pu redire leur conviction que le HMS Turbulent a pu crocher dans le câble du Bugaled en pêche alors qu'il prenait part, "avec le sous-marin français Le Rubis", aux exercices militaires de l'Aswex04 et du Thursday War. Sauf nouveau rebondissement, cette hypothèse aura désormais du mal à progresser sur le terrain judiciaire puisque les juges rejettent, dans leur dernière note, la demande de complément d'expertise souhaitée.

    L'expert doute de la réponse des États-Unis


    Mais, comme Le Télégramme le relevait dans son édition du 26 janvier dernier, ceci ne signifie aucunement que l'enquête écarte la responsabilité d'un sous-marin dans le naufrage du chalutier bigouden. Pour preuve, les juges nantais souhaitent auditionner Dominique Salles en qualité de témoin. Pourquoi ? Dans son rapport remis en septembre dernier, l'expert est allé au-delà de la mission qui lui avait été demandée. Il a remis en annexe à ses conclusions techniques sur le HMS Turbulent, un courrier daté du 5 septembre 2012 dans lequel il indique avoir continué ses recherches sur l'implication éventuelle d'un SNA américain espion dans le naufrage (lire ci-dessous).

    Et ce courrier retient l'attention des magistrats. Car Dominique Salles dit être "en mesure de mettre en doute la réponse qui aurait été faite à la commission rogatoire internationale du 10 mars 2011 transmise aux États-Unis". Pour les juges, "il convient d'entendre M. Salles sur les "recherches" auxquelles il fait référence". Des recherches dont on imagine qu'elles ont pu trouver source dans le réseau militaire important de cet ancien contre-amiral, ex-patron de la flotte sous-marine SNLE atlantique qui fût également chef de mission militaire française auprès de l'amiral de l'Otan Est Atlantique, de 2000 à 2003, et qui a travaillé plusieurs années au sein de l'Otan.

    Malgré l'avenir judiciaire compromis de la piste anglaise, l'enquête sur le naufrage du Bugaled Breizh n'est donc toujours pas finie.

    • Pascal Bodéré

    Toute l'affaire retracée dans une frise chronologique : Le Télégramme, 26 février 2013.