• Avortement : une épreuve vécue sans légèreté ni regret

    Idées

     

    LE MONDE | 23.01.2014  

    Géraldine Dalban-Moreynas (Présidente de Milbox, agence de relations presse)

     
    Des manifestantes défendant le droit à l'avortement à Paris, dimanche 19 janvier.

    Il est 9 heures du matin. Elle finit de s'habiller, se maquille, met du rose sur ses lèvres. Elle monte dans sa voiture, passe au laboratoire d'analyses chercher ses résultats et la carte de son groupe sanguin. Elle sait qu'en cas d'hémorragie, ça peut être utile.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "Cette loi est faite pour qu’aucune femme ne puisse avorter en Espagne"

     

    © Adeline Percept / FRANCE 24 / Les manifestants devant l'ambassade de France à Madrid

    Texte par Adeline PERCEPT

     23/01/2014

    Pour protester contre le projet de loi du gouvernement espagnol visant à restreindre le droit à l’avortement, des féministes espagnoles ont symboliquement demandé l’asile à la France. Reportage.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Avortement : une épreuve vécue sans légèreté ni regret

    Idées

    LE MONDE | 23.01.2014 à 16h58

    Par Marie-Laure Brival (Chef de service de gynécologie-obstétrique à la maternité des Lilas (93))

    Face à ce qui apparaît, dans les débats parlementaires, à une remise en cause du droit à l'avortement, de nombreux internautes ont réagi en postant des messages de soutien à l'interruption volontaire de grossesse.

    L'Assemblée nationale vient de voter la loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes. Cette loi contient, entre autres, des dispositions qui portent sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Ces nouvelles mesures, modifiant le code de santé publique, suppriment de l'article L2212-1 les mots « que son état place dans une situation de détresse » et les remplacent par « qui ne veut pas poursuivre une grossesse ». Cette modification suscite débats et craintes d'une banalisation de l'avortement, voire d'une déstabilisation des fondements de notre société avec un risque d'avortement eugénique.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

     

    Aqui.fr - Partageons l'information en Aquitaine et bien au delà

    13/01/2014 |

    Marion Larat parle au nom de toutes celles qui ont subi dans leur chair une atteinte grave due à la prise d'un contraceptif hormonal.

    Marion Larat était ce mercredi chez Mollat à Bordeaux, autant dire chez elle, puisque cette jeune femme qui signe aujourd’hui chez Stock « La pilule est amère » est bordelaise. Elle revient sur son expérience douloureuse : en 2006, alors qu’elle a 18 ans et que depuis trois mois elle prend la pilule, alors qu’elle se prépare dans la salle de bain pour un rendez-vous avec son amoureux, dans cette même salle de bain elle s’effondre.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Contraception et avortement : enjeux de luttes féministes
     
    par Maud Gelly , le 2 janvier 2013
     
     
     
     
     
    À l’occasion du quarantenaire de la  « loi  Veil », légalisant l’avortement  en France  en  1975, l’ouvrage de  Bibia Pavard met  en  avant les  effets du genre dans les  luttes  qui  ont mené à cette légalisation.  Retour  sur un combat qui a  rassemblé  diverses  expériences du  militantisme  féministe.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     Recensé : Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, 358 p., 19€

    Parmi les nombreux ouvrages parus à l’occasion du quarantenaire de la loi de 1975 légalisant l’avortement en France, dite « loi Veil », et des 60 ans du Mouvement Français pour le Planning Familial, le livre de Bibia Pavard se distingue. En menant une analyse des usages et effets du genre dans les luttes politiques et sociales, l’auteure renouvelle l’interprétation de la légalisation de la contraception et de l’avortement, et approfondit la connaissance des changements culturels et sociaux qu’elle implique. L’auteure se réclame d’une « histoire sociale du politique » (p. 14), articulant les sources issues des mobilisations collectives (archives, entretiens, tracts), les sources issues du processus légiférant et les sources médiatiques afin de rendre compte de la circulation des idées et des pratiques des acteurs et actrices impliqué-e-s dans un processus de transformation des normes et des valeurs.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique